LE TEMPS DES SUCRES-RETOUR EN ARRIÈRE.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   

Faisant un retour sur mes plus tendres souvenirs de

prime jeunesse je me remémore  la vue d’une coquille

d’œuf évidée dans laquelle avait été coulé du sucre d’érable ;

c’était l’époque ou je portais encore pantalons courts et

écorchures aux genoux ; chez mon grand-père maternel

dans la région des Bois-Francs.

Image3 goutterelle comp

La production sucrière de cette époque était artisanale et les besoins restreints car l’exportation des produits de l’érable était embryonnaire. Lors d’une excursion dans les Cantons de l’Est j’ai trouvé une goutterelle en fer,  fort ancienne, laquelle était fabriquée aux États Unis.  Je n’ai jamais vu dans nos régions ce type de goutterelle.

P3260015 goutterelle comp

Avant l’époque de la grande industrie sucrière que nous pratiquons maintenant, à chaque printemps on suspendait des chaudières en acier galvanisé à des goutterelles après avoir pratiqué dans l’aubier de l’érable un trou peu profond ; pour protéger le tout de l’eau de pluie printanière, un couvercle était mis en place.

P3260014 chaudières comp

Si la nuit avait été froide et que le soleil apparaissait pour réchauffer les arbres, l’eau des arbres s’écoulait goutte à goutte à travers les goutterelles pour s’accumuler dans les chaudières ; quand on jugeait que le volume d’eau était intéressant on faisait la tournée des arbres entaillés afin de créer un volume suffisant pour procéder à l’évaporation d’où proviendra le sirop et ultimement la tire et le sucre d’érable.

P3260021 bouilloire comp

 Sachant que quarante parties d’eau sont requises pour obtenir environ une partie de sirop.  

Publicités