CHÊNE BICOLORE-QUERCUS BICOLOR.

Au cours de l’été qui s’achève, j’avais remarqué la présence, parmi les buissons, d’un jeune chêne ; ayant fait beaucoup d’efforts afin d’avoir dans le boisé Sous les Pins des chênes, je me réjouissais d’avoir réussi à en faire croître au moins un.
Toutefois, en y regardant de plus près, je me suis rendu compte que ce que j’avais semé étaient des Chênes Rouges, alors que ma découverte était un Chêne Bicolore.
Alors cessant de tourner en rond, j’ai décidé de l’isoler afin de le mettre en valeur.
Ainsi, le jeune Chêne Bicolore est maintenant installé à l’ombre des grands Pins Blancs.

On retrouve le Chêne Bicolore, aussi nommé Chêne Bleu, le long des rives du Saint Laurent et sur les rives des Grands Lacs, source du Saint Laurent ; il fait partie du groupe des Chênes Blancs. Il n’est pas exploité commercialement, car il est habituellement protégé.
C’est un arbre qui accepte des sols humides, mais ne l’accepte pas en continuité.
Les deux plus grands spécimens se trouvent sur l’Ile Saint Bernard (propriété des Sœurs Grises) ; il y en aurait plusieurs sur cette ile, biens protégés, sous l’œil vigilant des religieuses.

 

Publicités

HERBE À PUCE–POISON-IVY–TOXICODENDRON RADICANS.

 

 

Chaque saison estivale ramène sa litanie de victimes de l’herbe à puce ; que ce soit par insouciance, ou, méconnaissance de la plante, les résultats sont les mêmes.
Alors, disons que cette plante à l’approche quasi innocente, renferme une résine capable de provoquer aux humains des problèmes cutanés importants ;
le contact avec n’importe quelle partie blessée de la plante est fort nocif ; les fruits, les feuilles, les racines contiennent l’huile dangereuse en question.

Il est donc primordial d’identifier la plante et de s’en éloigner.

HERBE À PUCE et fruits.

HERBE À PUCE et fruits.

 

GRANDE AUNÉE-INULA HELENIUM.

La Grande Aunée est d’origine asiatique, mais naturalisée depuis longtemps en Europe ; c’est une plante comestible ayant également plusieurs vertus médicinales ; elle est fort grande et atteint facilement deux mètres en hauteur ; elle est proche de la marguerite et elle est hermaphrodite.
Son nom scientifique serait relié au fait que la Belle Hélène en aurait tenue une branche lorsqu’elle fut enlevée par Pâris.

CAROTTE SAUVAGE–CIGUE MACULEÉ.

 

La carotte sauvage, l’ancêtre de la carotte potagère est omni présente, et agréable à regarder ; toutefois, il faut bien l’observer car la ciguë maculée est quasi identique.
Toutefois, la carotte sauvage est enjolivée en son centre d’un fleuron pourpre ; ce qui n’est pas le cas de la ciguë.
La chose est importante, car en Colombie Britannique quelqu’un a vendu l’idée que dans le cas de la ciguë, il s’agissait de persil sauvage, si bien que cinq malheureux en ont consommé et sont décédés.
On notera que la fleur mature prend la forme d’un nid d’oiseau.

PATIENCE CRÉPUE.

La Patience Crépue, une haute plante plutôt filiforme se retrouve partout sur le globe ; elle est identifiée depuis l’Antiquité ; on la retrouve sous plusieurs identités ; les paysans ne l’apprécient guère car elle dévalue les fourrages ; par contre, bien qu’omni présente  elle est pratiquement toujours disséminée ; une fois établie il est fort difficile de la déloger ou de la détruire.
Cette plante est comestible, mais il faut s’en méfier car comme ses cousins l’oseille et la rhubarbe elle contient de l’acide oxalique ; certaines espèces étaient cultivées dans les potagers ; les herboristes l’utilisaient abondamment.


 


LES ARAIGNÉES DANS LA NATURE.

Le monde des araignées nous est mal ou peu connu.
Toujours, en observant les végétaux, plutôt réputés pour leur calme, il m’arrive d’observer des phénomènes plus inattendus.
Ainsi, je place sous vos yeux deux cas de cannibalisme évident, mais non répréhensible. 

 

FLEURS DES CHAMPS.

Quelques images de fleurs des champs glanées au cours de ma promenade quotidienne.